Breaking news
... et plus

La fin de la liberté de la presse au Brésil ? L'affaire Bolsonaro contre Glenn Greenwald.

Le gouvernement Bolsonaro a déposé une plainte pénale contre le journaliste Greenwald après qu'il ait révélé des histoires désagréables sur ce même gouvernement.

2020-02-04
Le gouvernement de Jair Bolsonaro a déposé une plainte pénale contre le journaliste Glenn Greenwald après qu'il ait dénoncé les activités de corruption de ce même gouvernement. Ces accusations ressemblent à une nouvelle tentative de répression de la liberté de la presse par des gouvernements de type autoritaire. Cela suit une tendance qui se poursuit depuis quelques années dans certains pays démocratiques, l'objectif : cesser de critiquer la classe dirigeante.

La liberté de la presse est menacée au Brésil

Glenn Greenwald a publié les Archives secrètes du Brésil, dans lesquelles l'interception a révélé que le juge Sérgio Moro a peut-être été partial dans ses décisions, transmettant "des conseils, des pistes d'enquête et des informations privilégiées aux procureurs" pour "empêcher le Parti des travailleurs de Lula de gagner" les élections de 2018.

Après la publication des Archives secrètes du Brésil, des experts du monde entier sont arrivés à la conclusion que l'ancien président Lula était un prisonnier politique. Il a été libéré en novembre 2019.

Cette fuite publiée par le journaliste Glenn Greenwald, qui a également publié pour la première fois en 2013 l'article fourni par Edward Snowden sur les fouilles du gouvernement américain, a conduit à un scandale politique au Brésil, qui a porté atteinte à la réputation des hommes politiques au pouvoir dans ce pays, dont le président Jair Bolsonaro.

Par exemple, après la révélation du scandale, il a été fortement critiqué que Bolsonaro ait promu le juge Moro au poste de ministre de la justice brésilien juste après son élection à la présidence du Brésil.

Le journalisme libre sous pression

L'Interception a publié une déclaration concernant la plainte pénale contre Greenwald :

"Le gouvernement Bolsonaro a clairement indiqué à plusieurs reprises qu'il ne croit pas aux libertés fondamentales de la presse. L'annonce aujourd'hui qu'une plainte pénale a été déposée contre Glenn Greenwald, co-fondateur d'Intercept, est le dernier exemple de journalistes confrontés à de graves menaces au Brésil. Nous sommes consternés que le ministère public brésilien ait décidé de porter une accusation à motivation politique aussi flagrante contre Greenwald, en représailles apparentes pour le rapport critique de The Intercept sur les abus commis par le ministre de la Justice Moro et plusieurs procureurs fédéraux".

Notamment, le divin Wellington Marques de Oliveira, qui a déposé la plainte pénale contre Glenn Greenwald, travaille également au ministère de la Justice de Moro. Il a écrit que Greenwald a "directement aidé, encouragé et guidé le groupe criminel, PENDANT la pratique criminelle, agissant comme garant du groupe, obtenant un avantage financier avec la conduite décrite ici".

Les accusations ont déjà fait l'objet d'une enquête

Le point le plus épouvantable de cette plainte est que les accusations produites ici ont déjà été analysées par la police fédérale brésilienne en 2019. La police est arrivée à la conclusion que le journaliste Greenwald n'a commis aucun crime lors de son enquête sur les histoires menant aux Archives secrètes du Brésil, mais qu'il a plutôt fait preuve d'une "extrême prudence en tant que journaliste, même pour ne jamais s'approcher d'une quelconque participation", a déclaré Greenwald dans un communiqué.

La plainte est une attaque directe contre la liberté de la presse

La plainte déposée par le gouvernement Bolsonaro est dirigée contre Glenn Greenwald en tant que représentant controversé du journalisme en raison de ses reportages critiques répétés sur les gouvernements d'Amérique du Nord et du Sud. Cette plainte peut donc être interprétée comme une attaque directe contre la liberté de la presse.

Elle dit indirectement aux journalistes de cesser d'enquêter sur la classe dirigeante, sinon ils en subiront les conséquences. Même si la plainte n'aboutit pas, elle influencera toujours les journalistes travaillant au Brésil et à l'étranger - et c'est exactement ce que Bolsonaro veut obtenir.

Tendance autoritaire

Les reporters sans frontières ont déjà publié un article en 2018, prédisant l'évolution actuelle : Bolsonaro représente une menace sérieuse pour la liberté de la presse et la démocratie au Brésil.

Après avoir remporté les élections de 2018, le président Bolsonaro a publié une déclaration dans laquelle il a déjà précisé : "Nous mettrons fin à tout activisme au Brésil".

Cette tendance autoritaire du gouvernement Bolsonaro menace la liberté de la presse en intimidant les journalistes. La plainte déposée contre Greenwald est un pas de plus dans une direction très inquiétante.

La liberté de la presse est attaquée dans le monde entier

Bolsonaro, Trump, Orbán, Erdogan - Ce ne sont que quelques-uns des membres de la classe politique démagogique émergente qui symbolisent une grave menace pour la liberté et la démocratie. Les partis politiques prétendent faire preuve de force en sapant les valeurs et les libertés démocratiques. Pire encore : Les politiciens démocratiquement élus sont parmi les voix les plus fortes contre la liberté de la presse et le droit à la vie privée.

Cette tendance se reflète déjà dans l'évolution de la législation : Les pires lois de surveillance ont été adoptées dans l'histoire récente. Deux exemples terribles sont le projet de loi australien contre le cryptage et la charte Snooper du Royaume-Uni.

Cependant, une fois qu'un État de surveillance a été créé, il est beaucoup plus facile pour les autorités de prendre le relais. Bien qu'il ait été prouvé à maintes reprises qu'une surveillance accrue ne conduit pas à plus de sécurité, les politiciens aiment toujours faire pression pour des lois de surveillance encore plus strictes.

C'est une menace pour la liberté de chacun.

Nous devons continuer à nous battre pour la liberté de la presse

Alors que les tendances à une surveillance accrue se multiplient dans le monde entier, nous devons continuer à nous battre pour notre droit à la vie privée ainsi que pour la liberté de la presse.

Chacun d'entre nous peut aider les journalistes et les dénonciateurs en cryptant tous leurs courriels. Inscrivez-vous à un compte de messagerie gratuit dès maintenant !

Fight for freedom of speech: Encryption protects everyone's privacy

Don de Tutanota aux journalistes

Pour soutenir la liberté de la presse, Tutanota fait don aux journalistes de son service de courrier électronique sécurisé ainsi que de Secure Connect. Ce formulaire de contact crypté permet aux journalistes d'ajouter un formulaire de contact facile à utiliser sur leur site web, grâce auquel les dénonciateurs peuvent les contacter de manière anonyme et cryptée de bout en bout.

Ce n'est bien sûr qu'un petit pas, mais cela aide les journalistes à entrer en contact avec les dénonciateurs et à protéger leur identité.

Luttons ensemble pour que la presse reste libre !