Breaking news
... et plus

La pandémie de coronavirus entraîne des mesures de surveillance drastiques dans le monde entier. La boîte de Pandore est-elle déjà ouverte ?

En raison du coronavirus, des populations entières sont suivies. Les mesures de lutte contre la pandémie pourraient ouvrir la voie à une surveillance accrue, renforcer les autorités et mettre en danger les démocraties.

2020-04-02
Le coronavirus est une grave menace et les gouvernements du monde entier se battent avec acharnement pour faire face à la crise. La surveillance s'intensifie et de plus en plus de gouvernements, notamment autoritaires, abolissent le droit à la vie privée pour lutter contre la pandémie. Mais ces atteintes à nos droits prendront-elles fin une fois la crise passée ?

Abolition du droit à la vie privée au nom de COVID-19

Des mesures draconiennes sont mises en œuvre dans le monde entier pour lutter contre la pandémie de coronavirus : couvre-feux, interdictions de réunion, distanciation sociale, voire suivi par téléphone.

Si tout le monde s'accorde à dire que la vie privée est importante, la plupart des gens s'accordent également à dire que les mesures drastiques que les autorités prennent actuellement sont nécessaires pour sauver des vies. Pourtant, un facteur important fait défaut - ou est délibérément négligé par les gouvernements : les freins et contrepoids.

Des projets de loi sur la surveillance sans limites

Souvent, les projets de loi sont adoptés avec des droits très larges pour les autorités, parfois même sans les limiter dans le temps. Cela fait penser à un scénario très dangereux : Qui s'assure que les droits de surveillance que les autorités du monde entier appliquent actuellement seront à nouveau supprimés lorsque le coronavirus ne constituera plus une menace ?

Les règles du 11 septembre sont toujours valables

Les règles du 11 septembre mises en œuvre aux États-Unis après les attaques terroristes d'il y a 19 ans en sont un très bon exemple négatif : Au début de cette année, le Sénat américain a voté l'extension des pouvoirs élargis du FBI en vertu de la loi sur la surveillance des services de renseignement étrangers jusqu'en juin.

Aux États-Unis, les forces de l'ordre ont désormais accès à des systèmes de surveillance étendus tels que la localisation et la reconnaissance faciale. Une fois mis en place, il est très difficile, voire impossible, de contester ces pouvoirs.

Si nous prenons cet exemple comme leçon, il est fort probable que toute loi de surveillance adoptée maintenant pour lutter contre la pandémie de corona pourrait très bien rester en vigueur bien au-delà de la crise.

La surveillance se développe au niveau mondial

Pour empêcher la propagation du coronavirus, un tiers du monde a été placé sous quarantaine, les annonces sont faites par des drones ou des voitures de police en patrouille - beaucoup de choses rappellent l'un des pires scénarios distopiens. Tant les dictatures que les démocraties limitent les libertés civiles à grande échelle.

La propagation spectaculaire du coronavirus, qui a entraîné l'effondrement des systèmes de santé, suggère que c'est la bonne approche : "Nous sommes en guerre", c'est ce que le président français Macron a déclaré il y a quelques semaines. Cependant, le virus n'est pas une armée. La métaphore de la guerre est utilisée pour justifier des mesures répressives, mais elle pourrait conduire à la prochaine crise : Une destruction des libertés civiles dans le monde entier.

Un autre danger se profile devant nous : Qui fermera la boîte de Pandore une fois qu'elle sera complètement ouverte ?

Les mesures temporaires peuvent être prolongées indéfiniment - comme les méthodes de surveillance mises en place aux États-Unis après le 11 septembre. Pire encore, certains pays ont déjà adopté des lois de surveillance sans aucune limitation de durée. La Hongrie est l'un des pires exemples.

La Hongrie consolide son pouvoir

Le président hongrois, Victor Orbán, n'a jamais été connu pour ses valeurs démocratiques. Au contraire, il abuse aujourd'hui manifestement de la pandémie de corona pour consolider son pouvoir. Il a adopté une loi de protection "contre le coronavirus" qui lui permet de gouverner par décret et de suspendre les lois existantes. Le Parlement est maintenant fermé et les futures élections sont annulées. La loi d'urgence prévoit également des peines de cinq ans de prison pour la diffusion de "fausses" nouvelles, ce qui met essentiellement un terme à la presse déjà peu libre en Hongrie, ainsi que des peines de huit ans de prison pour les personnes qui ne respectent pas les quarantaines obligatoires.

Tout au long de l'histoire, les autocrates ont saisi l'occasion de s'emparer de pouvoirs incontrôlés pendant une crise. Le Hongrois Orbán suit cette stratégie. Les règles qu'il a imposées à ses citoyens montrent clairement comment le pouvoir pourrait être abusé : Personne ne peut plus publier son opinion de peur d'être condamné pour avoir diffusé de "fausses" nouvelles, l'opposition pourrait être mise en quarantaine obligatoire pour s'assurer qu'elle ne se met pas en travers du chemin d'Orbán.

La loi n'est pas assortie d'un délai automatique, mais seul le Président lui-même peut décider du moment où les mesures draconiennes peuvent être levées. Il n'est pas judicieux de donner à quelqu'un comme Orbán le bénéfice du doute. Au contraire, il est très probable que la loi nouvellement adoptée pour "combattre le coronavirus" restera en vigueur bien après que plus personne ne parle de COVID-19.

Les libertés civiles sont coupées partout

Un autre exemple est Israël où le Premier ministre Benjamin Netanyahu a abusé de l'urgence pour reporter son procès pour corruption, a empêché le parlement de se réunir et a accordé des pouvoirs de surveillance étendus à l'agence de renseignement interne.

La Russie utilise désormais la reconnaissance faciale pour identifier les personnes qui brisent la quarantaine. Les défenseurs de la vie privée craignent que cette technologie ne soit également utilisée pour traquer les opposants au système, même lorsque le coronavirus ne constitue plus une menace.

Les freins et contrepoids sont essentiels

Snowden est d'accord pour dire que la mesure de sécurité prise aujourd'hui pourrait durer plus longtemps que le coronavirus. Et c'est un risque qu'il préfère ne pas prendre.

Nous devons nous assurer que les règles que nous appliquons aujourd'hui sont

  • proportionnés,
  • ne violent pas le droit à la vie privée,
  • et - surtout - qu'elle expire automatiquement dès que le coronavirus ne constitue plus une menace.

L'État de droit ne peut pas être aboli simplement parce qu'il y a une crise. Nos droits humains fondamentaux ne peuvent pas être abolis simplement parce qu'il y a une crise. Oui, le coronavirus est une grave menace pour la vie et nous devons prendre des mesures extrêmes pour lutter contre sa propagation. Mais en même temps, nous devons nous assurer que ces mesures ne contribuent pas à la construction d'un État de surveillance en détruisant nos valeurs démocratiques et nos libertés civiles.

Appel pour l'"application magique" (Magic App)

Les politiciens du monde entier commencent à réclamer l'"application magique" : Cette application devrait contenir des informations sensibles sur la santé de chacun, des détails sur les personnes dont la corona est positive ou négative, suivre les déplacements de chacun et stocker ces informations.

L'idée est que les fonctionnaires pourraient alors découvrir avec qui vous avez été en contact dans le passé au cas où vous seriez testé positif au COVID-19 à l'avenir. Cela permettrait de retrouver tous les porteurs potentiels du virus et de les mettre en quarantaine pour s'assurer que le virus ne se propage pas davantage.

En théorie, cela semble être la solution parfaite à la crise actuelle, et les politiciens disent que ces données seraient protégées, anonymisées ou autre pour s'assurer que vos droits à la vie privée ne sont pas violés. En pratique, cela serait très difficile, car les informations - qui vous êtes, où vous vivez, comment vous pouvez être contacté - doivent être là, sinon l'application serait inutile.

Alors qu'une "application magique" telle que décrite ci-dessus serait très souhaitable, les défenseurs de la vie privée soutiennent que cela est tout aussi impossible qu'une porte dérobée de cryptage pour les gentils uniquement. Malheureusement, toutes les données collectées et stockées peuvent être utilisées de manière abusive par des attaquants malveillants.

Certains pays comme la Chine, la Corée du Sud et Israël n'essaient même pas de protéger la vie privée de leurs citoyens. Au lieu de cela, ils utilisent déjà les données des téléphones portables pour effectuer ce suivi, ce qui constitue une grave violation du droit à la vie privée.

Devons-nous choisir entre la protection de la vie privée et le sauvetage de vies ?

Dans des situations d'urgence comme la pandémie de coronavirus, la vie privée doit être mise en balance avec d'autres considérations, comme celle de sauver des vies.

Lydia Gall, chercheuse en Europe de l'Est pour Human Rights Watch, a déclaré : "En cas d'état d'urgence, il peut être nécessaire de déroger temporairement à certains droits et procédures, mais ces mesures doivent être temporaires, proportionnées et absolument nécessaires du point de vue de la santé publique".

La question reste cependant de savoir quelle quantité de données est suffisante ? Qui devrait avoir accès à ces données ? Seulement les autorités sanitaires, ou aussi la police ? Qui d'autre ? Qui prend ces décisions, les parlements étant dissous dans de nombreux pays pour empêcher également la propagation du virus ?

Proportionné et limité dans le temps

Il semble que la pandémie de coronavirus soit la crise parfaite pour tout politicien autoritaire pour étendre son pouvoir maintenant. Nous devons faire très attention à ne pas tomber dans le piège des affirmations du genre "Toutes ces mesures draconiennes et illimitées sont nécessaires pour sauver des vies".

Les mesures prises aujourd'hui doivent être clairement fondées sur les recommandations des experts en matière de santé et être proportionnées pour atteindre les objectifs fixés par ces derniers. Chaque mesure doit avoir une date de fin très claire, au plus tard lorsqu'un vaccin est disponible, et les gouvernements doivent indiquer cette date de fin dans leurs lois d'urgence dès maintenant.

La loi hongroise, par exemple, a été suivie d'une lettre très claire du secrétaire général du Conseil de l'Europe, le principal gardien des droits de l'homme du continent, au gouvernement hongrois, déclarant qu'"un état d'urgence indéfini et incontrôlé ne peut garantir que les principes fondamentaux de la démocratie seront respectés et que les mesures d'urgence restreignant les droits fondamentaux de l'homme sont strictement proportionnées à la menace qu'elles sont censées contrer".

Néanmoins, Orbán a réussi à faire passer cette loi. La protection de notre droit à la vie privée va être le prochain grand enjeu pour lequel nous devrons nous battre.

Le Pepp-PT est-il la solution ?

Heureusement, les Européens ont déjà commencé à rechercher et à développer des technologies de protection de la vie privée, qui pourraient donner les mêmes résultats que le suivi téléphonique des appels pour violation de la vie privée : Prévenir la propagation du coronavirus.

L'espoir se concentre actuellement sur le système paneuropéen de traçage de proximité préservant la vie privée, ou petit Pepp-PT. Toutefois, pour utiliser cette technologie, il faudrait que la connexion Bluetooth soit ouverte en permanence, ce qui constitue une faiblesse en matière de sécurité.

L'avenir montrera si les applications basées sur la technologie Pepp-PT peuvent protéger de manière adéquate notre droit à la vie privée et empêcher en même temps la propagation du coronavirus.

Dans ce cas, nous aurions en effet une "application magique".