Breaking news
... et plus

Nous devons interdire la reconnaissance faciale pour défendre la vie privée.

La reconnaissance faciale est l'une des technologies de surveillance les plus dangereuses. Elle doit être interdite dès maintenant !

2020-09-16
La reconnaissance faciale permet aux entreprises et aux autorités de suivre et de retrouver des personnes à partir de données volumineuses. Cela s'accompagne de nombreuses menaces, pas seulement pour les personnes. Il s'agit également d'une menace grave pour les droits de l'homme fondamentaux comme la vie privée ou la liberté d'expression. Et, par conséquent, la reconnaissance faciale est également une menace pour la démocratie elle-même. La reconnaissance faciale s'accompagne de tant de problèmes que nous devons l'interdire dès maintenant.

Comment fonctionne la reconnaissance faciale

Un système de reconnaissance faciale utilise des images faciales provenant d'une base de données pour trouver une correspondance. À l'aide de caméras de surveillance, les entreprises et les autorités peuvent identifier des cibles potentielles grâce à la reconnaissance faciale. Cela constitue une grave menace pour notre droit à la vie privée.

Bien entendu, la reconnaissance faciale peut également être utilisée par les personnes pour leurs propres besoins : par exemple, pour déverrouiller automatiquement un appareil intelligent ou même une porte. Cependant, lorsqu'elle est utilisée en public, la reconnaissance faciale est très dangereuse.

Le scandale Clearview

Les menaces de la reconnaissance faciale sont devenues évidentes pour tous avec le scandale Clearview.

La société Clearview a utilisé des photos accessibles au public sur Internet pour constituer une base de données d'images. En grattant les photos en ligne, elle n'a jamais demandé l'accord des personnes pour ajouter des photos personnelles à sa base de données. Pire encore : elle a utilisé toutes les photos disponibles, ce qui signifie que même si quelqu'un d'autre avait mis en ligne une photo de vous sans vous demander votre consentement, cette photo aurait pu se retrouver dans la base de données de Clearview.

Cliquez ici pour savoir comment vous pouvez vous désinscrire de la base de données Clearview.

En faisant correspondre les photos avec les profils en ligne ou les légendes des images, il devient très facile de donner un nom aux photos et, ainsi, d'identifier presque toutes les personnes dont les photos sont contenues dans la base de données.

Le scandale Clearview a montré qu'il est pratiquement impossible de ne pas être inclus dans une base de données de reconnaissance faciale. Que vous téléchargiez une photo sur les médias sociaux, ou qu'un ami le fasse, que le journal local fasse un reportage sur le projet scolaire de vos enfants, ou que la photo de votre club de sport soit publiée sur le site web du club, la photo de presque tout le monde va se retrouver dans une telle base de données, même sans le consentement des personnes concernées.

Comme les photos sont déjà là, nous devons examiner de très près les dangers de la reconnaissance faciale.

Problème de précision

Un problème majeur est qu'aucun logiciel de reconnaissance faciale n'est précis à 100 %. En fait, la technologie est particulièrement mauvaise lorsqu'il s'agit d'identifier des personnes de couleur, des minorités ethniques, des femmes ou des jeunes. Cela augmente le risque que des innocents appartenant à ces groupes deviennent la cible des autorités et deviennent le principal suspect dans une enquête criminelle sans avoir rien fait de mal.

Deux cas récents de localisation ont montré comment une telle enquête, même innocente, peut mener à la ruine de la vie des gens.

Le problème de précision de la reconnaissance faciale met aujourd'hui des millions d'innocents en danger de devenir la cible principale d'une enquête criminelle. Avec un tel effet secondaire potentiellement dévastateur, tout le monde peut facilement comprendre pourquoi nous devons interdire la reconnaissance faciale maintenant.

Cependant, cette technologie représente une menace bien plus grave.

Menace pour les droits de l'homme

La reconnaissance faciale est devenue l'une des pires menaces, non seulement pour les individus, mais aussi pour les sociétés. Avec un logiciel de reconnaissance faciale, des individus peuvent devenir la cible d'une enquête criminelle même s'ils sont complètement innocents. Pire encore, la reconnaissance faciale permet aux autorités de cibler des personnes même lorsqu'elles ne font rien d'illégal. Et cela s'est déjà produit.

La reconnaissance faciale a été utilisée pour cibler les personnes qui s'expriment de manière protégée. Dans un avenir proche, la reconnaissance faciale pourrait non seulement être utilisée pour traquer les criminels, mais aussi pour cibler les personnes qui s'opposent au gouvernement actuel.

La reconnaissance faciale en temps réel est déjà utilisée en Chine et à Hong Kong. Il est évident qu'un système oppressif comme la Chine, avec son système de crédit social, veut surveiller ses citoyens grâce à la reconnaissance faciale en temps réel.

Il s'agit là d'une atteinte manifeste à la vie privée des personnes qui peuvent être suivies partout où elles vont, tout comme les voitures peuvent être suivies grâce à leurs plaques d'immatriculation.

Une menace pour la démocratie

La reconnaissance faciale - et son abus potentiel par les gouvernements du monde entier pour réprimer l'opposition - est une attaque directe contre la vie privée et la liberté d'expression. En conséquence, la reconnaissance faciale est une attaque directe contre la démocratie elle-même.

Comment un groupe d'opposants pourrait-il s'engager dans la liberté d'expression, même lors de manifestations publiques, si tous ceux qui s'y joignent doivent craindre d'être suivis, identifiés et éventuellement mis sur la liste de surveillance des autorités ?

Bien que notre législation démocratique ainsi que nos valeurs occidentales nous protègent actuellement d'un tel scénario, la menace n'est pas exagérée.

Interdisons la reconnaissance faciale !

C'est pourquoi nous devons interdire la reconnaissance faciale dès maintenant - tant que nous disposons encore des garanties d'une démocratie qui nous permettent d'interdire cette technologie dangereuse avant qu'elle ne soit utilisée abusivement par des entreprises ou les autorités.

En janvier déjà, l'Electronic Privacy Information Center (EPIC) et 40 groupes de défense de la vie privée ont publié une lettre exhortant les agences fédérales à suspendre l'utilisation des systèmes de reconnaissance faciale.

Bien que le gouvernement fédéral ne montre aucun intérêt pour cette recommandation, il n'est pas surprenant que des villes américaines comme Portland, San Francisco, Oakland et Boston aient déjà interdit la reconnaissance faciale. À Portland, le maire Ted Wheeler souligne les dangers de la reconnaissance faciale lorsqu'il explique pourquoi la ville a interdit cette technologie :

"La technologie existe pour nous faciliter la vie, pas pour que des entités publiques et privées l'utilisent comme une arme contre les citoyens qu'elles servent et accueillent".

Et il a tout à fait raison. Parce qu'il faut se rendre à l'évidence : Nos photos, nos identités sont déjà accessibles au public en ligne. Nous devons maintenant nous assurer que personne ne peut suivre nos mouvements dans la vie réelle et abuser de cette connaissance. Le meilleur moyen d'y parvenir serait de démanteler les caméras de surveillance.

L'interdiction de la reconnaissance faciale est, au moins, un premier pas dans cette direction.

LOAD COMMENTS