Breaking news
... et plus

Les politiciens allemands veulent permettre aux services secrets de pirater les citoyens. Agissez maintenant pour mettre fin à cette situation !

Le gouvernement allemand veut un trojan d'État pour la surveillance, ce qui permettrait aux services secrets allemands de pirater les citoyens sans contrôle judiciaire.

2020-07-15
Comme dans d'autres pays, les politiciens allemands essaient régulièrement de faire passer des lois de surveillance. Souvent, ils échouent parce que la Cour constitutionnelle fédérale a déclaré ces lois inconstitutionnelles. La loi allemande sur la conservation des données en est un exemple. Cependant, le gouvernement allemand veut maintenant faire passer une loi qui permettrait aux services secrets de pirater les citoyens. Avant de placer tous nos espoirs dans la Cour constitutionnelle, nous devons agir pour empêcher l'adoption de cette loi. Appelez et envoyez un courriel à votre député (MdB) dès maintenant pour lui faire comprendre les dangers de la loi proposée pour notre société libre et démocratique.

Trojan d'État : quelle est la loi proposée ?

Lors de la réunion du cabinet d'aujourd'hui, le gouvernement allemand a voulu prendre une décision sur le projet de loi sur l'harmonisation de la loi de protection de la constitution. Il a reporté la décision pour discuter plus en détail, mais la loi est prévue car le gouvernement l'a déjà mise en ligne sur son site web.

Dans ce projet, le gouvernement allemand veut obliger les fournisseurs de services Internet (ISP) à détourner les flux de données vers les services secrets. Le projet précise que les fournisseurs doivent rendre possible l'installation d'un cheval de Troie d'État "en soutenant la réorientation des télécommunications".

Objection au cheval de Troie d'État

En tant que service de messagerie électronique, nous, à Tutanota, ne serions pas concernés par cette loi. Néanmoins, nous nous opposons fermement à ce projet de loi. Le projet crée de nombreux problèmes pour les fournisseurs de services Internet et pour l'Allemagne en tant que site informatique dans son ensemble. Si elle est adoptée, cette loi

  • permettre la violation du droit à la vie privée des citoyens allemands sans contrôle judiciaire.
  • de porter atteinte à l'intégrité des FSI.
  • détruire la confiance des utilisateurs dans les FAI allemands.
  • nuisent considérablement à l'Allemagne en tant que site informatique.

Violation du droit à la vie privée

Le projet d'harmonisation de la loi sur la protection de la constitution permettra aux 19 autorités allemandes, y compris les services secrets, d'installer des chevaux de Troie d'État sur les ordinateurs et les smartphones des personnes soupçonnées d'être des criminels. Les chevaux de Troie peuvent également être injectés sur les appareils des partenaires de communication des criminels afin que des personnes innocentes soient également touchées.

L'un des principaux problèmes est qu'à l'exception du Bureau fédéral d'enquêtes criminelles (BKA), qui est déjà autorisé par la loi à utiliser des vulnérabilités connues pour injecter des chevaux de Troie sur les dispositifs de terroristes présumés, d'autres agences allemandes telles que le Service fédéral de renseignement (BND) ne sont pas obligées d'obtenir un mandat d'un tribunal allemand avant de lancer une telle mesure de surveillance. Les mesures de surveillance du BND n'auraient absolument aucun contrôle judiciaire.

Comme l'ont montré les précédents scandales comme celui des journalistes, aucune autorité ne devrait avoir le pouvoir de surveiller potentiellement tous les citoyens allemands sans avoir à rendre des comptes à qui que ce soit.

Problématique pour les FAI

Le projet est également très problématique pour les fournisseurs d'accès Internet, car il exigerait qu'ils deviennent "l'adjoint du shérif", ce que l'organisation allemande des fournisseurs de télécommunications Bitkom qualifie de critère :

"Les modifications apportées à la loi sur l'article 10 visent à obliger à l'avenir les fournisseurs de télécommunications à aider activement les autorités de sécurité à introduire des logiciels malveillants dans les dispositifs terminaux des personnes cibles via leurs réseaux. Toutefois, ce plan ne tient pas compte des risques énormes pour l'intégrité globale du réseau des fournisseurs et de la perte de confiance qui en découle. En outre, il est urgent d'éviter une corrélation globale négative des projets de loi actuellement discutés, notamment en ce qui concerne les modifications de la loi sur les télécommunications et la sécurité informatique".

Problème de confiance dans la politique

Prises ensemble, toutes ces implications négatives du projet de loi ne font qu'accroître la méfiance des citoyens envers la politique et les hommes politiques. Ces dernières années, le gouvernement allemand a adopté plusieurs lois sur la surveillance, en particulier sur la conservation des données. À chaque fois, ces lois ont été déclarées inconstitutionnelles par la Cour constitutionnelle fédérale.

Si nous nous félicitons que la Cour tienne les hommes politiques pour responsables de la constitution allemande et des droits à la vie privée accordés à chaque citoyen allemand, ce processus est très dommageable pour une démocratie : Chaque fois que la Cour déclare qu'une loi adoptée par le gouvernement allemand est anticonstitutionnelle, les gens commencent à se demander pourquoi les politiciens ne respectent pas et ne suivent pas les règles garanties par la constitution allemande en premier lieu.

Bien sûr, des erreurs se produisent. Mais si un gouvernement adopte à plusieurs reprises la même loi avec une formulation différente, la conclusion que l'on peut en tirer est que le gouvernement pourrait le faire exprès jusqu'à ce que la cour abandonne finalement sa résistance. La nouvelle proposition va dans le même sens.

Konstantin von Notz, vice-président du groupe des Verts et vice-président du groupe de contrôle parlementaire, s'exprime sur ce projet :

"Il est urgent, surtout en ces temps, de rétablir la confiance dans le travail de l'Office fédéral de protection de la Constitution, qui a été massivement perdue ces dernières années. C'est exactement le contraire qui se produit ici".

"Le gouvernement fédéral semble également ne pas avoir beaucoup appris des récentes décisions de justice. Il n'y a pas d'autre façon d'interpréter le projet. L'inconstitutionnalité de ce projet de la CDU/CSU et du SPD est écrite sur son front. Il met massivement en danger la sécurité informatique".

Arrêtez les chevaux de Troie d'État

Une fois que le projet aura été conclu lors de la réunion du cabinet, il sera discuté au Bundestag quelque temps après la pause estivale.

La controverse sur la question de savoir si les fournisseurs d'accès à Internet doivent être obligés de soutenir l'installation de chevaux de Troie d'État devrait être longuement débattue. La discussion portera également sur la cohérence du projet avec la constitution allemande ainsi que sur des questions de responsabilité, de sécurité juridique, de directives techniques et de coûts.

Appelez ou envoyez un courriel à votre député dès maintenant !

Chacun d'entre nous doit agir maintenant pour influencer cette discussion afin de sensibiliser les députés aux enjeux de cette loi.

Vous pouvez rechercher ici les représentants de votre ville ou de votre district. En dessous de ce poste, nous avons préparé un courriel que vous pouvez envoyer à votre représentant. Nous devons tous agir maintenant pour arrêter cette loi !

Vous pouvez également devenir membre de la Société pour les libertés. L'ONG poursuit déjà le cheval de Troie de l'État pour le compte de l'Office fédéral allemand de la police judiciaire (BKA). L'ONG prévoit également d'intenter une action contre le cheval de Troie d'État pour les 19 autorités allemandes et contre l'obligation du fournisseur de soutenir les autorités à cet égard si cette loi devait être adoptée.

Les experts juridiques conviennent que la conformité avec la constitution allemande est très peu probable. La Cour constitutionnelle fédérale vient seulement de décider que les protections sur les activités sur Internet découlant du droit à la vie privée s'étendent également aux non-allemands ; une grande victoire pour les défenseurs de la constitution allemande et de notre droit à la vie privée. La nouvelle proposition du gouvernement allemand va dans la direction exactement opposée : Saper le droit à la vie privée de chacun, y compris des citoyens allemands.


Projet de lettre aux députés allemands

Voici un projet de lettre à votre député. Il est préférable que vous modifiez cette lettre pour qu'elle contienne vos propres mots afin de décrire les problèmes que vous voyez avec la proposition d'harmonisation de la loi de protection de la constitution. Cochez cette case pour rechercher votre représentant et ses coordonnées. Vous pouvez également effectuer une recherche sur Abgeordnetenwatch.

Sehr geehrter Herr / Sehr geehrte Frau ,

als Ihr Wähler fordere ich Sie dringend auf, den Gesetzentwurf zur Harmonisierung des Verfassungsschutzrechts abzulehnen.

Ce projet a été élaboré par le groupe de travail sur les services de la société de l'information pour la première fois et il a été soumis à l'approbation de la commission des services de la société de l'information par l'intermédiaire de ses membres, qui n'ont pas été élus au Bundestag.

Ces mécanismes de protection des données à caractère personnel sont destinés à protéger les droits de propriété intellectuelle des consommateurs, car ils ne peuvent être utilisés qu'en cas de violation de la vie privée. Außerdem gefährden die Überwachungsmaßnahmen die freiheitliche Demokratie, da die Geheimdienste Überwachungsmaßnahmen anordnen und durchführen können ohne Rechenschaft darüber abzulegen.

Ich gehe stark davon aus, dass das Bundesverfassungsgericht die derzeitige Gesetzesvorlage als unvereinbar mit der deutschen Verfassung kippen wird.

Daher bitte ich Sie eindringlich, lehnen Sie das Gesetz zur Harmonisierung des Verfassungsschutzrechts öffentlich ab.