Breaking news
Read our blog to learn why privacy matters. And don't forget to get an encrypted mailbox yourself!

La vie privée est-elle importante ? La campagne de relations publiques du Royaume-Uni tente de vous convaincre du contraire.

Mais la vie privée est importante. C'est pourquoi nous avons besoin d'une discussion ouverte et honnête, et non d'une campagne de relations publiques financée par l'argent des contribuables.

2022-01-25
Mais pensez aux enfants ! C'est le cri de ralliement utilisé par les politiciens comme argument principal lorsqu'ils font pression pour affaiblir ou interdire le cryptage. Aujourd'hui, le gouvernement de Johnson fait vibrer la même corde sensible avec sa prochaine campagne de relations publiques contre le cryptage. L'objectif est de faire basculer l'opinion publique contre le cryptage et d'étouffer toute discussion sérieuse sur la question.

Campagne de relations publiques contre le cryptage

Comme l'a révélé RollingStone, la prochaine campagne de relations publiques britannique - financée par l'argent des contribuables - dépeindra le cryptage comme un outil permettant de mettre les enfants en danger en installant une boîte en verre dans un espace public, avec un homme et un enfant à l'intérieur, en train de taper sur leurs smartphones. Pendant que l'adulte regarde de temps en temps l'enfant "en connaissance de cause", la "vitre de confidentialité" deviendra noire afin que personne à l'extérieur ne puisse voir ce qui se passe à l'intérieur.

Ce coup de pub n'est qu'un exemple parmi d'autres de la façon dont les politiciens tentent de faire basculer l'opinion publique contre le cryptage et de tuer toute discussion sérieuse sur la nécessité du cryptage pour protéger la vie privée de chacun dans une société démocratique.

Ordres d'écoutes internationales

Pour démontrer que ce discours - et le gouvernement britannique n'est pas le seul à utiliser ce genre d'arguments - n'est utilisé que pour influencer l'opinion publique, nous avons examiné les ordonnances de mise sur écoute émises aux États-Unis, en Australie et en Allemagne (malheureusement, le ministère de l'Intérieur britannique ne publie pas ces chiffres). Les ordres d'écoute électronique sont émis par les autorités pour demander aux fournisseurs de télécommunications des données spécifiques sur les utilisateurs soupçonnés d'être des criminels.

Cette analyse des interceptions de télécommunications internationales montre que l'écrasante majorité des demandes de surveillance visent des infractions liées à la drogue. Seul un nombre infime de demandes est émis en relation avec l'abus sexuel d'enfants ou la distribution de matériel sexuel d'enfants.

Ordonnances de mise sur écoute aux États-Unis

Le rapport américain sur les ordonnances de mise sur écoute en 2020 montre que la plupart des ordonnances sont émises pour poursuivre des infractions liées aux stupéfiants. En plus de ces 39 % (comme le montre le graphique ci-dessous), la plupart des "autres" infractions sont également liées à la drogue, comme l'indique le rapport : "Les demandes citant les stupéfiants combinées aux demandes citant d'autres infractions, qui comprennent d'autres infractions liées aux drogues, représentaient 77 % de toutes les demandes de mise sur écoute signalées en 2020". Il semble que la déclaration ait changé en 2015-2016, ce qui a conduit à une augmentation des " autres " infractions, mais en vérité, ces autres infractions sont principalement des infractions liées aux drogues combinées à d'autres infractions. En raison de ce changement, les ordonnances de mise sur écoute pour poursuivre les crimes liés à la drogue ont apparemment diminué alors qu'en réalité, ce n'est pas le cas. Les ordonnances de mise sur écoute pour les infractions liées à la drogue représentent toujours près de 80 % de toutes les ordonnances de surveillance jusqu'en 2020.

Wiretap orders issued in the USA between 2010-2020.

Ordonnances de mise sur écoute émises aux États-Unis entre 2010 et 2020. Source :

Ordonnances de mise sur écoute en Allemagne

En Allemagne, le tableau est le même : lorsqu'on examine les ordonnances de surveillance effectivement rendues par les tribunaux allemands, les chiffres parlent un langage très clair.

Les infractions liées à la drogue en tête de liste

En Allemagne, plus de 47,3 % des mesures de surveillance des télécommunications selon le § 100a StPO ont été ordonnées pour trouver des suspects d'infractions liées aux drogues en 2019. Seuls 0,1 % des ordres ont été émis en lien avec la pornographie infantile.

Comparison of the percentage of wiretap orders for child pornography and drug offenses in Germany, 2009-2019.

Comparaison du pourcentage d'ordonnances de mise sur écoute pour la pornographie infantile et les infractions liées aux drogues en Allemagne, 2009-2019. Source :

Dans la plupart des cas, tout comme aux États-Unis, la surveillance des télécommunications a été ordonnée pour poursuivre des infractions liées à la drogue. Aucun autre pays n'a ordonné autant de mesures de surveillance. En Allemagne, un peu moins de la moitié de toutes les mesures de surveillance des télécommunications ont été exécutées pour des infractions liées aux drogues ces dernières années. C'est ce que montrent les statistiques annuelles de l'Office fédéral de la justice (BfJ).

Ordonnances de mise sur écoute en Australie

Il en va de même pour l'Australie, la démocratie dont les lois de surveillance sont parmi les plus intrusives au monde : Les rapports annuels du ministère de l'Intérieur montrent que, chaque année, près de 50 % des ordres d'interception des télécommunications sont liés à des délits ou à des trafics de drogue, et près de 0 % à des délits de maltraitance et de pornographie infantile.

Comparison of the percentage of wiretap orders for child pornography and drug offenses in Australia, 2010-2020.

Comparaison du pourcentage d'ordonnances d'interception des télécommunications pour des infractions liées à la pornographie enfantine et à la drogue en Australie, 2010-2020. Source :

Résultat de l'analyse

Le résultat qui s'impose à partir de ces statistiques : Ces dernières années, les abus sexuels et la pédopornographie n'ont joué qu'un rôle marginal dans la surveillance des télécommunications dans la pratique.

Cela contraste fortement avec ce dont les politiciens essaient de nous convaincre. Dans les débats politiques, on ne cesse d'insister sur le fait qu'une plus grande surveillance en ligne est nécessaire pour lutter contre les abus sexuels et la pédopornographie.

Malgré ce cadrage, nous devons garder à l'esprit que les mesures de surveillance sont principalement motivées par des enquêtes sur des délits liés à la drogue. Cet aspect n'est toutefois que rarement, voire jamais, mentionné lorsque l'on réclame davantage de possibilités de surveillance pour les forces de l'ordre.

La protection des enfants utilisée comme argument massue

Le droit à la vie privée est un droit humain fondamental qui garantit l'illégalité de la surveillance de masse, y compris en ligne. Le meilleur outil dont nous disposons pour protéger notre vie privée en ligne est le cryptage. Aujourd'hui, nous utilisons le cryptage en permanence pour la banque en ligne, le commerce électronique et la communication. Le cryptage sur l'internet d'aujourd'hui est essentiel car il empêche les personnes qui nous écoutent de voler ou d'abuser de nos informations privées.

Cependant, les politiciens tentent de saper la vie privée en ligne en faisant pression pour interdire le cryptage, et la campagne de relations publiques de Johnson en est une autre preuve. Ces dernières années, le cadre de presque tous les débats politiques et publics sur les guerres cryptographiques en cours est devenu le suivant : Le cryptage doit être interdit pour poursuivre les agresseurs d'enfants et les pédophiles et, par conséquent, pour protéger les enfants. Chaque fois que quelqu'un soutient que le chiffrement de bout en bout est nécessaire pour protéger la sécurité et la vie privée de tous les citoyens, y compris les enfants, il est présenté d'une manière comme s'il défendait les pédophiles.

L'argument "pour protéger les enfants" est utilisé comme un argument massue. Il rend impossible un débat public sain et nuancé sur la capacité des forces de l'ordre à décrypter toutes nos conversations en ligne.

L'interdiction du cryptage devient la seule solution

La pression exercée sur les politiciens qui défendent le droit à la vie privée a été décrite comme un "chantage moral" lors du récent vote de l'UE sur une loi qui permet aux entreprises technologiques de scanner chaque message envoyé via leurs plateformes.

Par exemple, l'eurodéputée néerlandaise Sophie in't Veld a déclaré un jour avant le vote : "Chaque fois que nous posions des questions critiques sur les propositions législatives, on laissait immédiatement entendre que je n'étais pas suffisamment engagée dans la lutte contre les abus sexuels sur les enfants."

Le fait de présenter une initiative législative comme nécessaire pour protéger les enfants exerce une pression immense sur les politiciens pour qu'ils votent simplement en faveur de ces initiatives, car tout contre-argument devient impossible.

Après tout, de nombreuses personnes seraient trop heureuses de renoncer au droit à la vie privée - pas seulement pour elles-mêmes, mais pour tout le monde - si elles étaient assurées que l'interdiction d'un cryptage fort permettra d'attraper les prédateurs sexuels d'enfants.

Les interceptions de télécommunication utilisées pour la guerre contre la drogue

Cependant, l'analyse des ordres d'interception de télécommunications aux États-Unis, en Allemagne et en Australie montre que les ordres de surveillance exécutés par les forces de l'ordre ne sont pas utilisés pour protéger les enfants.

Les interceptions de télécommunications sont principalement utilisées pour la lutte contre la drogue, et seulement dans une très faible mesure pour poursuivre les pédophiles.

Appel à l'interdiction du cryptage

Bien que les chiffres soient très clairs, le gouvernement Johnson entend maintenant alimenter le mythe selon lequel nous devons interdire le cryptage pour protéger les enfants. C'est très dangereux. En formulant le débat de manière à ce que l'interdiction du cryptage soit nécessaire pour protéger les enfants, les politiciens tentent de faire pencher l'opinion publique dans leur sens.

Cependant, l'interdiction du cryptage est impossible : Il est impossible d'appliquer une loi humaine visant à interdire les lois des mathématiques. Parce que les mathématiques disent que vous pouvez avoir un bon cryptage, il peut simplement être programmé avec un code qui tient sur une feuille de papier.

Par conséquent, seules les personnes prêtes à enfreindre la loi disposeront du cryptage. Le grand public n'en aura pas.

Ou comme l'a dit Phil Zimmermann: "Si la vie privée est interdite, seuls les hors-la-loi auront une vie privée".

Ce que les politiciens demandent, c'est, par conséquent, un vœu pieux. The Register en a fait une prière poignante que tous les politiciens demandant une interdiction du cryptage devraient apprendre par cœur :

"Oh Seigneur, accorde-nous aujourd'hui toutes les données, mais garde-les hors de la vue des malfaiteurs. Et si ce n'est pas possible, car ça ne l'est pas, même pour toi, oh Seigneur, force l'industrie à nous les donner en les présentant comme complices d'abus sexuels sur des enfants. Amen."

La vérité est que : Si un service crypté contient une porte dérobée "pour les gentils seulement", il contient une porte dérobée.

Il est impossible de mettre un système crypté à la disposition des forces de l'ordre sans le rendre intrinsèquement peu sûr.

Les récents succès en matière d'enquêtes criminelles, comme le démantèlement d'Encrochat, une application de chat chiffré largement utilisée par les criminels, ainsi que l'opération AN0M, où des centaines de criminels ont été arrêtés après avoir utilisé une application de messagerie chiffrée gérée secrètement par le FBI, montrent qu'il n'est pas non plus nécessaire d'interdire le chiffrement pour tous les citoyens afin de poursuivre les criminels.

Les politiciens continueront de réclamer l'interdiction du cryptage pour "protéger les enfants", mais ne vous y trompez pas : Les sociétés libres et démocratiques dépendent du cryptage autant qu'elles dépendent de la liberté d'expression et du droit à la vie privée.

Le droit à la vie privée est essentiel pour protéger les activistes, les avocats, les défenseurs des droits de l'homme, les journalistes et bien d'autres encore ; et seul un cryptage fort de bout en bout peut faire respecter ce droit dans un espace en ligne.

En tant que société, nous devons au moins avoir la possibilité de discuter librement de la question de savoir si notre société doit interdire les communications cryptées pour permettre le balayage de contenus nuisibles ou si notre société a besoin de communications cryptées pour garantir le droit à la vie privée et la liberté d'expression. Aujourd'hui, le gouvernement Johnson tente à nouveau de tuer toute discussion ouverte avec sa campagne de relations publiques.

Cela nuira énormément à nos sociétés libres et démocratiques.

Aucun commentaire disponible